Le blog

Portage salarial ou micro-entreprise : quelle différence et comment choisir ?

28 janvier 2019 Par
0 commentaire
Mots-clés associés
Partager

Restez informé

Recevez gratuitement l'actualité des auto-entrepreneurs par email

comparaison portage salarial et micro-entreprise

Vous avez pour projet de créer votre activité et vous hésitez entre le portage salarial et la micro-entreprise (ou auto-entreprise) : vous faites bien, ce sont deux statuts au fonctionnement très différents ! Dans le premier cas vous ne gérez pas vos démarches administratives et êtes liés à une entreprise de portage, dans le second cas vous êtes totalement indépendant ! Focus.

Portage salarial : définition.

Dans une relation de travail classique, l’entreprise fournit le travail à son salarié. Dans le cadre d’un salarié porté (= en portage salarial), l’entreprise ne doit pas lui fournir son travail, c’est à lui de le trouver. A noter que le portage salarial n’est possible que pour des prestations de services en B to B (vous vendez vos services à des entreprises).

Le statut est très encadré et a même depuis 2016 sa propre convention collective. Cette protection est nécessaire car ce statut est particulier.

En portage salarial, votre rémunération dépendra des missions que vous réaliserez. Votre entreprise de portage veillera toujours en sorte que votre rémunération soit au moins égale à 75% du plafond mensuel de sécurité sociale. A savoir que selon la convention collective, un mois d’inactivité est un motif de licenciement mais vous pouvez rallonger ce délai dans votre contrat de travail.

L’avantage principal est que vous serez freelance sans vous occuper des démarches, et avec un salaire comme filet de sécurité ! Attention, toutefois, en l’absence de missions, vous ne serez rémunérés qu’à partir de votre « compte d’activité ». L’entreprise de portage salarial ouvre à votre nom un compte d’activité, sur lequel arrive le paiement de vos clients, et qu’elle utilise pour : vous verser votre salaire, régler les charges sociales, l’imposition le cas échéant, régler ses frais de gestion etc. Elle affecte également une partie à des réserves financières qui ont pour but de pallier votre baisse d’activité (voire une absence totale d’activité).

Votre chiffre d’affaires ne sera pas limité, contrairement à la micro-entreprise. Mais c’est bien sûr à vous de trouver vos clients ! L’entreprise de portage salarial ne vous donnera pas de mission.

A retenir : votre chiffre d’affaires n’est pas limité, vous avez l’assurance d’avoir un salaire tous les mois et vous gardez un statut salarié.

 

La micro-entreprise

Et la micro-entreprise dans tout ça ?! Découvrez les 10 points clefs à connaître sur ce statut dans notre article dédié !

La micro-entreprise peut vous offrir plus de liberté mais aussi d’autres responsabilités, notamment vos démarches administratives ! Là aussi, c’est à vous de trouver vos clients et votre rémunération en dépend directement.

Dans « micro-entrepreneur » (ou auto-entrepreneur, c’est la même chose), il y a « entrepreneur » ! Ça signifie donc que vous devez tout gérer et que vous perdez les avantages du salariat (mutuelle d’entreprise, congés payés, tickets restaurants…). Vous serez votre propre patron mais contrairement aux entreprises « classiques », n’aurez pas besoin de réaliser de bilan comptable ni d’avoir un expert-comptable. Ce statut est dit simplifié : l’Etat vous impose moins de démarches administratives qu’aux autres entreprises mais vous limite dans votre chiffre d’affaires :

  • 170 000€ par an pour les prestations de services ou du conseil
  • 70 000€ pour les activités d’achat et de vente de biens et marchandises

Passer de salarié à indépendant est une décision à réfléchir car elle peut avoir de l’incidence sur de nombreux points : votre imposition, les aides sociales que vous percevez (APL, prime d’activité…)… Essayez d’anticiper un maximum en faisant des simulations (notamment sur le site de la CAF).

A retenir : votre chiffre d’affaires est limité, vous êtes totalement libre,

 

Comment choisir ?

Il n’y a pas de réponse tranchée, cela dépendra de vous et de votre situation personnelle. Mais aussi de votre activité, de vos besoins, de vos priorités et de vos goûts. Prenez une grande respiration, une feuille blanche et un stylo et commencez la réflexion ! Envisagez les deux statuts et regardez ce qui s’adapte le plus à votre situation. Si vous ne souhaitez absolument pas gérer les aspects administratifs et garder le confort du salariat, privilégiez le portage salarial. Si vous voulez être totalement indépendant et maître de votre entreprise, préférez le statut de micro-entrepreneur !

Suivez le Guide

de l'auto-entrepreneur

Découvrez nos fiches explicatives :

vous êtes prêts

à vous lancer ?

Pour ne pas vous tromper, profitez de notre accompagnement personnalisé.

Commentaires

Articles liés

choisir sa microentreprise : BIC ou BNC ?

20 novembre 2015

BIC et BNC : quelle différence pour la microentreprise ?

Vous êtes sur le point de créer votre entreprise individuelle ou votre autoentreprise. En optant pour le régime fiscal de la microentreprise, vous devrez choisir si votre activité relève du micro-BIC ou du micro-BNC. La différence entre ces deux modes d’imposition dépend de la nature de votre activité et influera sur le calcul de votre bénéfice imposable.  

Lire la suite
créer son entreprise menuisier

14 décembre 2015

Créer son entreprise : 4 choses à savoir avant de se lancer

Votre idée est géniale, vous souhaitez vous mettre à votre compte, vous venez de trouver l’associé idéal pour développer un produit... Créer son entreprise est une aventure qui en vaut la peine mais se lancer nécessite toutefois un peu de préparation. Voici 4 points cruciaux sur lesquels vous devez absolument vous pencher pour augmenter les chances de réussite de votre entreprise.

Lire la suite
Réforme de la microentreprise et obligation du micro-social

13 décembre 2015

Réforme de la microentreprise : Nouveauté 2016

La loi du 18 juin 2014, dite loi "Pinel", a prévu plusieurs réformes de l'autoentreprise et de la microentreprise étalées sur plusieurs mois. 

A l'aube de l'année 2016, un dernier changement va intervenir avec des conséquences pouvant être lourdes pour les microentrepreneurs !

Aujourd'hui, le régime de la microentreprise prévoit que l'impôt sur le revenu et les cotisations sociales sont calculés sur la base d'un résultat imposable évalué de manière forfaitaire en fonction de l'activité exercée, soit :

  • 29% du chiffre d'affaires pour les activités de vente

Lire la suite