Le blog

Optimiser la rémunération du chef d’entreprise

25 novembre 2015 Mis à jour le 29 février 2016 Par
0 commentaire
Rémunération du dirigeant

Quand on lance son activité, et que les missions ou les ventes sont encore ponctuelles, il n’est pas évident de déterminer à partir de quand se verser un  salaire  et de quel montant. Selon son statut, le  dirigeant d’entreprise  a tout intérêt à ne pas miser sur sa seule  rémunération . Il est important qu’il fasse le tour des aides et autres défraiements qui pourront, à défaut de constituer un  salaire , l’aider à soulager les dépenses de son activité.

En-dehors du salaire du dirigeant , d’autres éléments entrent en compte pour constituer son revenu global : on les appelle les revenus indirects.

Salaire du dirigeant : pensez aux avantages en nature !

Les frais comme complément de revenus

Repas, déplacements, achat de fournitures bureautiques et de matériel informatique, frais postaux, téléphoniques et Internet. Avant de créer son entreprise, il arrive que l'on ne soupçonne pas tout ce qui peut constituer des frais professionnels. C’est souvent le cas dans les activités de services (consultant, freelance...), si vous vous contentez d’un ordinateur pour travailler de chez vous et de votre voiture pour les déplacements. En fait, il faut apprendre à raisonner en dépenses utiles à l’entreprise. Par exemple, si vous utilisez votre téléphone personnel pour votre activité, vous pourrez intégrer dans vos charges jusqu’à 80% de votre facture mensuelle à titre de frais. De même pour l’abonnement Internet de votre domicile, vos achats de timbres ou le remplacement de votre imprimante.

! Attention : au-delà de 500€ HT l’unité, les achats de matériels devront être comptabilisés en amortissement. C’est à dire que son prix sera déduit de votre résultat en proportion du nombre d’années d’utilisation.

Par exemple : on considère qu’un ordinateur est utilisé pendant 3 ans. S’il coûte 1000 € on déduira un tiers de son prix par exercice : 333€ l’année d’achat, puis 333€ les deux années suivantes.

Véhicule de société

Si vous faîtes beaucoup de kilomètres, il sera plus intéressant d’utiliser votre véhicule personnel en vous reversant des frais kilométriques. C’est à dire que votre entreprise vous indemnisera pour les kilomètres effectués pour elle avec votre véhicule personnel. L’usure de la voiture, l’entretien, l’essence et l’essence seront compris dans ces indemnités kilométriques. Vous pouvez déduire en plus : les frais de parking et de péage.

Dans ce cas, les indemnités kilométriques ne seront pas imposables sur votre impôt sur le revenu et seront déductibles de votre résultat pour l’entreprise.

Si vous optez pour la voiture de société, (elle est achetée ou louée par l’entreprise) tous les frais couverts par les indemnités kilométriques seront payés par l’entreprise.

La voiture peut  également être utilisée pour les besoins personnels du dirigeant. Ce qui viendra augmenter les cotisations sociales sur la rémunération du dirigeant en  « avantage en nature ».

Enfin, un véhicule de société sera soumis à « TVS » : la Taxe sur les Véhicules de Société, versée le 30 novembre de chaque année.

A vos calculettes !!!!!

La rémunération du chef d’entreprise demandeur d’emploi

Cumuler indemnités chômage et direction d’une entreprise

Si vous êtes demandeur d’emploi au moment où vous créez votre activité, vous pouvez choisir de conserver le bénéfice de vos indemnités. Vos allocations chômage peuvent ainsi compléter vos revenus, sans que la somme des deux ne puisse dépasser le salaire moyen sur lequel ont été calculés vos droits.

Le mois où vous ne touchez aucun revenu d’activité, vous pourrez percevoir l’intégralité de vos indemnités.

Si vous avez besoin d’un apport en trésorerie pour créer votre entreprise, vous pouvez renoncer au versement mensuel de vos allocations et percevoir 45% de votre « capital » d’allocation Pôle Emploi en deux versements sur une période de 6 mois. Dans le jargon Pôle Emploi, on appelle ça l’ARCE.

Les 55% restants vous seront de nouveau attribués en allocation chômage si vous fermez votre entreprise dans un délai de 3 ans.

Alléger ses charges sociales grâce à l’ACCRE

Si vous êtes demandeur d’emploi au moment de la création de votre entreprise, le dispositif de l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créant ou Reprenant une Activité) vous fera bénéficier d’une exonération partielle ou totale de charges sociales pendant un an.

  • Pour un gérant de SARL/EURL, les cotisations sociales seront divisées par 3 la première année (soit un minimum de 1084 € par an).
  • Les dirigeants de SAS/SASU, seront quant à eux totalement exonérés de charges sociales la première année (Attention ! à partir de la 2ème année, les charges s’élèveront à environ 60% de votre rémunération).
  • Les micro-entrepreneurs, eux, bénéficient d’un régime d’exonération super réduit pendant 3 ans.

Le CAPE : flexibilité de la trésorerie tout en testant son activité

Le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise permet au porteur de projet de tester son activité tout en bénéficiant d’un programme de préparation à la création d’entreprise. Il signe ce contrat avec une société ou association porteuse qui lui fournit une coquille juridique : en contrepartie d’une commission sur ses ventes, elle le conseille et gère sa comptabilité, d’une façon assez proche du dispositif de portage salarial.

Les demandeurs d’emploi indemnisés signant un CAPE peuvent ainsi démarrer leur activité, émettre des factures et commencer à constituer une trésorerie, via la société porteuse. De même qu’en entreprise, leurs revenus d’activité ne sont donc pas corrélés à leur rémunération. Ils conservent ainsi le bénéfice de leurs indemnités tant qu’ils ne sont pas en mesure de  – ou ne souhaite pas – se verser un salaire. Le cumul est ensuite possible dans les mêmes conditions que celles de l’autoentreprise évoquée plus haut.

 

Pour en savoir plus :

 

 

Suivez le Guide

de l'auto-entrepreneur

Découvrez nos fiches explicatives :

vous êtes prêts

à vous lancer ?

Pour ne pas vous tromper, profitez de notre accompagnement personnalisé.

Le conseil d'ILoveTax.fr

A savoir : La possibilité de déduire des frais est réservée aux entreprises « au réel », c’est à dire qui ne sont ni micro entreprises ni auto entreprise. Ces dernières bénéficient d’un calcul forfaitaire de leurs charges, souvent avantageux en terme de taxe. Voir notre article Microentreprise : quelle différence entre BIC et BNC ?

Une autre possibilité pour améliorer les revenus du chef d'entreprise qui démarre son activité : La prime d'activité.

Commentaires

Articles liés

Vidéos aides Pôle Emploi

15 mai 2018

Micro-entreprise : ACCRE, ARE, ARCE ; quelles aides pour les demandeurs d’emploi ?

Vous êtes demandeur d’emploi et souhaitez devenir micro-entrepreneur ? Vous pouvez bénéficier d’aides de Pôle Emploi ! ACCRE, ARE, ARCE, autant d’acronymes barbares et pourtant bien utiles pour se lancer. Découvrez simplement ce qui se cache derrière tout ça et comment en bénéficier !

Lire la suite
Choisir sa forme juridique

19 octobre 2015

Le choix du régime fiscal de ma société est un mystère... IS ou IR ?

Pourquoi se poser cette question ? 
Parce que choisir entre l’impôt sur le revenu (IR) et l’impôt sur les sociétés (IS) permet d’optimiser l’imposition de l’entreprise et de ses dirigeants. Malheureusement, c’est bien en fonction de la situation de chacun qu’un régime sera plus ou moins avantageux par rapport à l’autre. Alors sur quels critères faire son choix ?! 

 

Lire la suite
cumul autoentrepreneur salarié chômage

08 décembre 2015

Auto entrepreneur : le cumul possible avec allocations chômage, activité salariée et présidence de SAS

Le statut de l’auto-entrepreneur a initialement été imaginé pour encadrer les activités annexes des particuliers qui souhaitaient compléter leurs revenus. Cela en fait un statut relativement souple que vous pouvez aisément cumuler avec bien d’autres ! Voyons comment cela s’organise si vous percevez une allocation chômage, si vous avez une activité salariée (y compris fonctionnaire) ou si vous dirigez une SAS.

Lire la suite