Le blog

SPI et micro-entreprise : qui est concerné ?

02 août 2018 Mis à jour le 11 octobre 2018 Par
0 commentaire
Mots-clés associés
Partager

Restez informé

Recevez gratuitement l'actualité des auto-entrepreneurs par email

Tout savoir sur le SPI

Le SPI (de son nom complet Stage de Préparation à l’Installation) est obligatoire pour les artisans. Cette courte formation aux bases de l’entrepreneuriat permet de se lancer plus sereinement. Explications sur les conditions et les éventuelles dispenses.

Le SPI, c’est quoi ?

Le SPI est une formation dispensée par les Chambres du Métier et de l’Artisanat (CMA). Ce stage doit se faire avant la création du statut de micro-entrepreneur.

Cette formation dure au minimum 30 heures. Différents thèmes sont abordés comme l’artisanat, la gestion, la comptabilité, la fiscalité, ou encore les charges sociales.

Tous les artisans sont obligés de la suivre et pas seulement les micro-entrepreneurs. Ne soyez donc pas surpris d’entendre parler des autres structures juridiques comme la SARL ou la SAS pour ne citer qu’elles !

Ce stage sera l’occasion d’en apprendre plus sur l’entrepreneuriat et ses obligations.

A l’issue du stage, la CMA vous délivrera une attestation de réalisation. Conservez-la précieusement ! Elle vous sera demandée pour la création de votre micro-entreprise.

 

Peut-on être dispensé ?

Oui ! Il existe divers cas de dispense.

Tout d’abord, vous pouvez être dispensé pour raison médicale. Là votre dispense ne sera pas définitive. Vous aurez la possibilité de vous immatriculer au RM sans avoir réalisé le SPI mais vous devrez tout de même le réaliser plus tard.

Ensuite, il existe des cas de dispense liés à l’obtention d’un diplôme. Si vous êtes titulaire

  • du Diplôme d’Expertise Comptable (DEC),
  • du Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG),
  • d’une licence ou d’un master en gestion délivré par un Institut d’Administration des Entreprises (IAE),
  • d’une licence ou d’un master comprenant des enseignements d’administration ou de gestion d’entreprise,
  • d’un BTS comptabilité et gestion,
  • d’un BTS assistant de gestion PME-PMI,
  • d’un DUT Gestion Administrative et Commerciales des Organisations (GACO),
  • d’un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA),
  • d’un titre professionnel gestion de petite ou moyenne structure,
  • d’un titre professionnel comptabilité gestion, d’un brevet de maîtrise délivré par une CMA,
  • d’un certificat de capacité professionnelle de conducteur d’un véhicule de transport public particulier ou d’un titre de niveau I à III inscrits au répertoire national des certifications professionnelles comportant des compétences relatives à l’administration et à la gestion d’entreprise ou à la création-reprise ou à l’entrepreneuriat ;

vous pouvez obtenir une dispense. Rapprochez-vous de votre CMA pour connaître les démarches précises, certaines proposent de le faire en ligne quand d’autres ne le permettent que par voie postale. Il faudra dans tous les cas joindre la copie de votre diplôme.

 

Quels sont les coûts ?

Chaque CMA proposant ses propres stages, les coûts varient. Comptez en moyenne entre 150 et 350€.

Vous pouvez prétendre au remboursement partiel de votre SPI par la Chambre Régionale des Métiers de l’Artisanat (CMRA). De même, il n’y a aucune règle nationale et donc le montant du remboursement varie de 30 à 50 €.

Si vous êtes demandeurs d’emploi, vous pouvez demander que votre SPI soit financé par Pôle Emploi par l’Aide Individuelle à la Formation (AIF). Rapprochez-vous de votre conseiller Pôle Emploi !

 

Suivez le Guide

de l'auto-entrepreneur

Découvrez nos fiches explicatives :

vous êtes prêts

à vous lancer ?

Pour ne pas vous tromper, profitez de notre accompagnement personnalisé.

Commentaires

Articles liés

choisir sa microentreprise : BIC ou BNC ?

20 novembre 2015

BIC et BNC : quelle différence pour la microentreprise ?

Vous êtes sur le point de créer votre entreprise individuelle ou votre autoentreprise. En optant pour le régime fiscal de la microentreprise, vous devrez choisir si votre activité relève du micro-BIC ou du micro-BNC. La différence entre ces deux modes d’imposition dépend de la nature de votre activité et influera sur le calcul de votre bénéfice imposable.  

Lire la suite
Réforme de la microentreprise et obligation du micro-social

13 décembre 2015

Réforme de la microentreprise : Nouveauté 2016

La loi du 18 juin 2014, dite loi "Pinel", a prévu plusieurs réformes de l'autoentreprise et de la microentreprise étalées sur plusieurs mois. 

A l'aube de l'année 2016, un dernier changement va intervenir avec des conséquences pouvant être lourdes pour les microentrepreneurs !

Aujourd'hui, le régime de la microentreprise prévoit que l'impôt sur le revenu et les cotisations sociales sont calculés sur la base d'un résultat imposable évalué de manière forfaitaire en fonction de l'activité exercée, soit :

  • 29% du chiffre d'affaires pour les activités de vente

Lire la suite
Aide à la création ou à la reprise d'entreprise - L'ACCRE expliqué par ILoveTax

19 janvier 2017

Micro-entreprises & auto-entrepreneurs : pouvez-vous bénéficier de l’ACCRE ?

Demandeur d’emploi, vous souhaitez devenir micro-entrepreneur ? Faites une demande pour bénéficier de l’ACCRE ! Ce dispositif vous permettra de réduire vos cotisations sociales. Découvrez avec nous toutes les conditions.

Lire la suite